Toujours du Safran dans le boudoir

Toujours l'univers poluédique d'une Trollette

samedi 30 mai 2009

Mon Bloguichou

Rien de particulier n'est arrivé hier. Le mistral soufflait toujours, quoique moins fort que les jours précédents mais tout de même pas suffisamment peu pour permettre la baignade sans l'option peeling au sable. Alors nous sommes montés sur la digue (qui passe au fond du jardin) nous avons marché un peu jusqu'à un endroit ombragé pour nous allonger dans l'herbe et écouter le vent dans les arbres. Et les oiseaux. Et les insectes. J'ai raté une sublime photo de Don P allongé dans le sainfoin; on se serait cru dans un tableau de Manet.
Aussi, je n'avais qu'à penser à prendre l'appareil. En même temps, laisser travailler ton imagination que je sais fertile n'est pas forcément une mauvaise chose.

Tiens, à propos de matériel... Don P a oublié les câbles de transmission de carte mémoire, le câble de recharge du petit compact et le disque dur de voyage est tombé en rade. Nous v'là bien! Et rationnés en prise de vue... pas d'affole, il y aura tout de même assez de clichés pour te lasser à notre retour.

"Et le chat? Quelles sont les nouvelles du chat?" me demandes-tu. Ou pas. Hé bien il mange, il dort et il broute. Ce n'est pas un chat, c'est un mouton. Accessoirement, il a tenté un début de grimpage d'arbre mais son arrière-train est bien trop lourd. Du coup, les moineaux le nargue. Alors il s'est vengé sur un lézard qui en a perdu sa queue mais pas sa vie. Epuisé par la performance, le GrosGriffu est allé s'allonger sous la cariole ou dans la serre.

Pour la soirée, nous avions quartier libre: direction les Saintes Maries de la Mer pour un petit dîner en tête à tête au restaurant. C'était bien bon et très copieux. Le temps qu'on dîne, le vent était retombé: nous pouvions faire une petite promenade nocturne au bord de l'eau. Chouette et Aïe! Les moustiques sevrés par quatre jours de vent se sont bien rattrapés... o_Ô

Ici, c'est l'heure de la sieste. On entend les oiseaux gazouiller, le vent a repris du service façon brise rafraîchissante. La fenêtre est ouverte et le chat est allongé sur son rebord, appuyé sur la moustiquaire. Don P ronflouille doucettement à mes côtés. D'ailleurs tout le monde rouflouille doucettement dans la maison.
Je m'en vais faire de même.

A tout bientôt.
Biz.

Posté par La Trollette à 13:28 - Les Odyssées du Boudoir - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    Taratata.

    Il faudrait installer une éééénorme trompette entre Orange et Avignon, ainsi à Salon de Provence, on entendrait venir le mistral !

    Andiamo, dimanche 31 mai 2009 à 08:24
  • Hello, je vois que tout se passe bien, profitez-bien de cette fin de séjour, bises à tous les deux - non, pas le chat, désolée!

    Delphine, dimanche 31 mai 2009 à 10:37
  • ces textes sont un bonheur à lire......j'imagine en couleur tout ce que tu écris et je souris devant mon écran.......
    bonne soirée

    pascal, dimanche 31 mai 2009 à 19:27

Poster un commentaire